Retrouvez les traces de la guerre dans les paysages, Verdun et le camp du Struthof

 

48 élèves des différentes classes de 3e ont pu découvrir les vestiges des deux guerres mondiales dans le cadre d’un projet labellisé « centenaire 14-18 » et avec l’aide financière du ministère de la Défense.

C’est en compagnie de notre guide Madame Suzanne Pierret que les élèves ont découvert que si les tranchées reverdissent, les stigmates de la Première guerre mondiale n’ont pas disparu un siècle après :

  • L’ossuaire de Douaumont et les nombreuses plaques des soldats disparus rappellent la mort de masse et l’ampleur du deuil.
  • Le fort de Vaux est l’occasion de montrer la très grande résistance des hommes de la garnison de Reynal sous les obus.
  • A l’extérieur, les boyaux d’accès aux tranchées qui ondulent aujourd’hui à l’ombre des grands arbres menaient autrefois les soldats en première ligne puis à l’arrière pour ceux qui survécurent aux assauts.

 

Autant de traces de la violence de masse sur le front, avec ses lignes de défense, d’attaque et de souffrances subies ou infligées.

Plus à l’Est, le second jour du déplacement fut marqué par la visite guidée de Madame Sophie Hof au camp du Struthof. L’exposition du Centre européen du résistant-déporté sur le Kartoffelkeller (la cave aux pommes de terre) et les commentaires ont permis à un très grand nombre d’élèves de réviser les repères chronologiques à quelques jours du brevet.

Sur ce flanc de montagne, dès le portail, les élèves ont vu que le camp de concentration nazi est incontestablement le lieu édifié pour déshumaniser, avilir et exterminer les déportés. Les places d’appel, la prison, le ravin de la mort, le crématoire, la lanterne des Morts. Des lieux où les déportés subissent les pires traitements.

Nous tenons à remercier vivement Madame Pierret et Madame Hof pour leurs précieuses explications qui nous ont guidés sur ces hauts lieux de la mémoire européenne marquée par les deux guerres.

Le tracé des  autoroutes actuelles  nous ont également permis d’évoquer la bataille de Valmy de 1792  et son moulin (la 1ère République fut proclamée quelques jours après). Pour terminer, une halte à Reims nous remit en tête les sacres royaux et … les destructions allemandes.

Un périple vers la nouvelle région du Grand-Est, 1100 km parcourus, pour voir in situ, les traces et  les horreurs de l’Histoire très loin des tableaux interactifs nouvelle génération des murs de la classe de nos 15 ans.

Retrouvez les traces de la guerre dans les paysages, Verdun et le camp du Struthof .

(avec le soutien du ministère de la Défense-direction de la mémoire, direction de la mémoire, du patrimoine et des archives)

 


 

 

Modifier le commentaire 

par ALEXANDRE WAWRZYNIAK le 21 juin 2017 à 11:58

Haut de la page